rétracter


rétracter

1. rétracter [ retrakte ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1370; lat. retractare « retirer »
1Littér. Revenir sur (ce qu'on a dit ou fait). Rétracter une proposition, une opinion, un aveu, une accusation. désavouer; rétractation. Je rétracte ce que j'ai dit. retirer. Rétracter une promesse, un engagement. renier. Je m'efforçais « de ne concéder rien que je dusse ensuite rétracter » (A. Gide).
2 ♦ SE RÉTRACTER v. pron. (1545) Cour. Revenir sur des aveux, des déclarations qu'on ne reconnaît plus pour vrais. se dédire. Le témoin s'est rétracté devant les juges. « je me rétracte de tout ce que je lui ai reproché ! » (Cyrano).
⊗ CONTR. Confirmer, persister, réaffirmer, réitérer. rétracter 2. rétracter [ retrakte ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1803; se rétracter « devenir plus étroit » 1600; du lat. retractum, supin de retrahere « tirer en arrière »
1 ♦ SE RÉTRACTER v. pron. Se contracter, se rétrécir. se recroqueviller; rétraction, rétractile. Les prolongements de l'amibe se rétractent quand on les touche. Muscle rétracté.
Fig. Se retirer, reculer. Cette sensitive, « qui se rétractait si violemment au contact de la moindre caresse » (Barbey). P. p. adj. Elle est toute rétractée en sa présence.
2 V. tr. (1844) Contracter en tirant en arrière, raccourcir par une rétraction. L'escargot rétracte ses cornes. rentrer.

rétracter verbe transitif (latin retractum, de retrahere, tirer en arrière) Tirer un organe en arrière, le raccourcir : Le colimaçon rétracte ses cornes.rétracter (synonymes) verbe transitif (latin retractum, de retrahere, tirer en arrière) Tirer un organe en arrière, le raccourcir
Synonymes :
rétracter verbe transitif (latin retractare, retirer) Littéraire. Désavouer ce qu'on a écrit ou dit : Il a rétracté son témoignage devant les juges.

rétracter
v. tr. Nier, désavouer (une chose qu'on avait dite ou écrite). Rétracter des aveux.
|| v. Pron. Déclarer faux ce qu'on avait affirmé précédemment. Témoin qui se rétracte.
————————
rétracter
v. tr. Retirer, faire rentrer en dedans, raccourcir par traction. Le chat rétracte ses griffes pour faire patte de velours.
|| v. Pron. Se contracter. Muscle qui se rétracte.

I.
⇒RÉTRACTER1, verbe trans.
A. — ANAT., PATHOL. Tirer en arrière, retirer, serrer par une rétraction, raccourcir par resserrement des fibres de certains tissus ou de certains organes. La paralysie avait raidi les jambes, rétracté les mains, tiré la bouche de côté (ZOLA, Lourdes, 1894, p. 81). Peu à peu un travail cicatriciel s'établit qui rétracte les lésions en bourrelets ou en plaques fibreuses (CALMETTE, Infection bacill. et tubercul., 1920, p. 181).
Empl. pronom. À ce régime, l'estomac se resserre, l'organisme se rétracte, adopte de lui-même une vie végétative, une existence d'avare économie des forces (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 279).
P. ext. Se rétrécir, se faire plus petit, se raccourcir. Synon. se contracter; anton. se dilater. Les dalles d'ardoise, étant exposées pendant le jour à la chaleur du soleil, sont fortement dilatées par elle, puis, le soir venu et le froid, se rétractent, faisant des mouvements soudains et espacés (RAMUZ, Derborence, 1934, p. 17).
Au fig. Se replier, se recroqueviller. Un vieil homme barbu (...) prit la petite Christine entre ses bras. La petite pleurnichait, se rétractait (MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 32).
B. — P. anal. Retirer, reculer. J'essayai de lui caresser la joue, mais il eut peur de ma main et sa chair en coton fit rétracter mes doigts (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 265).
Prononc. et Orth.:[], (il) retracte [-]. Homon. et homogr. rétracter2. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. 1. 1600 pronom. « devenir plus étroit dans sa partie inférieure (d'un fossé) » (O. DE SERRES, Théâtre d'agric., II, 1, p. 70: le fossé [...] se retractant en quarré); 2. 1803 pronom. « se contracter, se raccourcir » (B. des Sc. de la Sté Philomatique de Paris, Thermidor, an XI, p. 132 ds FEW t. 10, p. 344); 1844 trans. « tirer en arrière, faire se rétrécir » (NÉLATON, Pathol. chir., t. 1, p. 228); 3. a) 1817 bot. rétracté part. passé adj. (GÉRARDIN DE MIRECOURT, Dict. raisonné de bot. ds FEW, loc. cit.); b) 1870 anat. muscles rétractés (LITTRÉ); c) 1946 psychol. type rétracté (MOUNIER, Traité caract., p. 231: ce type rétracté que décrivent Sigaud, Corman, Monod-Herzen); d) 1960 phonét. lèvres rétractées, voyelle rétractée (MARTINET, p. 47). Dér. sav. du lat. retractum, supin de retrahere « tirer en arrière; réduire, contracter » (v. retraire).
DÉR. Rétracteur, -trice, subst. masc. et adj. a) Subst. masc. ) Chir. Instrument pour repousser les chairs, les organes. Synon. écarteur. Cette compresse est destinée à relever les chairs au moment de la section de l'os, et appelée rétracteur (NÉLATON, Pathol. chir., t. 1, 1844, p. 227). Rétracteur hépatique du Dr Desjardins (le petit côté accroche le bord du foie et le grand côté, plein, s'insinue entre le foie et la vésicule biliaire) (Catal. instrument. chir. (Collin), 1935, p. 235). ) Muscle qui provoque la rétraction. On conçoit que lorsque les muscles protracteurs se contractent, ils poussent au-dehors le rétracteur, qui, lorsque celui-ci se contracte à son tour, tend à reprendre le parallélisme de ses fibres, et tire ainsi les épines en dedans. C'est à l'aide de ces muscles et des épines qu'ils meuvent que ces vers rampent et changent lentement de lieu (CUVIER, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 464). b) Adj. [En parlant d'un muscle] Qui provoque la rétraction. Dans la limace sans coque, les muscles rétracteurs des yeux s'attachent simplement à la masse charnue qui forme le pied. Les cornes ou tentacules inférieurs qui ne portent point d'yeux ont le même mécanisme (CUVIER, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 435). [], fém. [-]. 1res attest. a) 1805 anat. muscle rétracteur (ID., ibid.), 1805 p. ell. rétracteur subst. (ID., ibid., t. 1, p. 194), b) 1827 chir. (Encyclop. méthod. Méd., t. 12); de rétracter1, suff. -eur2. Fréq. abs. littér.: 18.
II.
⇒RÉTRACTER2, verbe trans.
Désavouer, revenir sur ce qu'on a dit, fait ou écrit. Synon. annuler, retirer. Rétracter un aveu, un projet; rétracter ses explications. C'est donc toi que j'accuse du malheur de nos armes: je t'ai accusé de même devant ton frère; je ne rétracterai point mes paroles devant toi: si tu les crois fausses et perfides, tu peux me punir (COTTIN, Mathilde, t. 1, 1805, p. 244). Le sentiment qu'elle avait eu de ma jalousie l'avait ensuite portée à rétracter avec horreur ce qu'elle avait d'abord complaisamment avoué (PROUST, Fugit., 1922, p. 530).
Absol. Je ne m'inquiète pas, du reste, de tout ce que ce journal et autres peuvent dire et diront d'absurde sur mon compte. Je n'en suis même pas politiquement fâché; plus ils iront loin, plus ils auront à rétracter un jour (LAMART., Corresp., 1834, p. 9).
Empl. pronom. réfl. Synon. se dédire. Se rétracter en présence de. Seulement votre Mathurin, permettez, je le crois plus vicieux qu'il n'en a l'air. Une supposition qu'il se rétracte? Il dira qu'il avait bu, par exemple qu'on l'a saoulé (BERNANOS, Crime, 1935, p. 781).
Se rétracter de qqc. Je songe avec tristesse au pauvre Adrien qui va peut-être chercher bien loin de l'ennui et des regrets. Je vais lui écrire, non pour l'engager à se rétracter de sa résolution, mais pour lui marquer tous les vœux dont je l'accompagne (M. DE GUÉRIN, Corresp., 1837, p. 317).
REM. Rétractable, adj. Que l'on peut rétracter, désavouer. (Dict. XIXe et XXe s.).
Prononc. et Orth.:[], (il se) rétracte [-]. Homon. et homogr. rétracter1. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. 1re moit. XIVe s. sens? (ROQUES t. 1, III, 4729: retractare retracter); 2. 1370 « révoquer, annuler » (ORESME, Éthiques, IX, 1, éd. A. D. Menut, p. 454: a plus poier ou a retracter le marchié); 3. a) 1545 « désavouer » (CALVIN, Instit. de la relig. chrét., IV, 7, 10 et 19, éd. J. D. Benoit, t. 4, p. 131 et p. 140: rétracter la sentence [...] rétracter le jugement); b) 1549 « désavouer ce qu'on a dit, écrit » (EST.); 4. 1545 pronom. « se désavouer » (CALVIN, op. cit., II, 4, 3, t. 2, p. 77: sainct Augustin [...] se rétractant de l'autre sentence); 1795 part. passé adj. « qui s'est rétracté » (ARMONVILLE, lettre à B. Levieux, 7 sept. in BABEUF, Le Tribun du peuple, 6 nov., n ° 36, 146, Coll. 10/18 ds QUEM. DDL t. 11: prêtres [...] rétractés). Empr. au lat. retractare « remanier, traiter de nouveau, revenir sur un sujet, réviser; retirer (sa parole), être récalcitrant »; dér. de tractare (traiter); préf. re- (re-).
STAT.Rétracter1 et 2. Fréq. abs. littér.:158.

1. rétracter [ʀetʀakte] v. tr.
ÉTYM. 1370; lat. retractare, de retractum, supin de retrahere, de re-, et trahere.
Littér. Revenir sur (ce qu'on a dit ou fait), en déclarant formellement qu'on ne reconnaît plus la chose comme vraie ou comme valable. || Rétracter une proposition, une opinion, des propos injurieux… Désavouer. || Je rétracte ce que j'ai dit. Retirer. || Rétracter une promesse, un engagement. Abandonner, annuler, renier, reprendre. Dr. || Tant qu'elle n'a pas été acceptée, une offre peut être rétractée.
1 Je rétracte à l'instant ce qu'un juste courroux
M'a fait dans la chaleur prononcer contre vous (…)
Molière, Dom Garcie, IV, 8.
2 Et tout à la fois je m'efforçais de lui persuader et me persuader à moi-même que nous pensions encore de même, et pourtant de ne concéder rien que je dusse ensuite rétracter.
Gide, Journal, 19 mai 1917.
——————
se rétracter v. pron.
ÉTYM. (1549).
Cour. Changer d'opinion, reconnaître qu'on s'est trompé. Abjurer, dédire (se), renier (se). Cf. Faire machine arrière. || J'ai tort, vous avez raison, je me rétracte (→ Accord, cit. 5). || Je vous somme de vous rétracter. || Il a dû s'en rétracter publiquement. || Hérétique converti qui se rétracte. Relaps.
3 C'est pourquoi je me rétracte de tout ce que je lui ai reproché ! De quelle faute, en effet, puis-je accuser un innocent qui n'a rien fait (…)
Cyrano de Bergerac, Lettres satiriques, Sur le même sujet.
4 (…) et sous huitaine je vous en dirai mon jugement définitif, sauf à me rétracter lorsqu'un plus intelligent que moi me démontrera que je me suis trompé.
Diderot, Jacques le fataliste, Pl., p. 738.
5 Ceux qui ne se rétractent jamais s'aiment plus que la vérité.
Joseph Joubert, Pensées, XI, LVII.
6 Mais ayant toujours pris ma défense contre sa sœur et ma mère, il ne voulait pas avoir l'air de se rétracter, et c'est sans rien leur en dire qu'il se ralliait à elles.
R. Radiguet, le Diable au corps, p. 157.
——————
rétracté, ée p. p. adj.
Qui est revenu sur son serment, ses promesses, ce qu'il avait affirmé.(1795). Hist. || Les prêtres rétractés.
CONTR. Confirmer. — Affirmer.
DÉR. Rétractable.
————————
2. rétracter [ʀetʀakte] v. pron. et tr.
ÉTYM. V. 1600, se rétracter « devenir plus étroit »; de retractum, supin de retrahere « tirer en arrière, retirer ».
———
I V. pron.
1 Subir une rétraction. Recroqueviller (se). || Les prolongements de l'amibe se rétractent quand on les touche. || Les pupilles (2. Pupille, cit. 1) se rétractent. || Le muscle s'est rétracté, est rétracté. || Qui peut se rétracter. Rétractile.
1 (…) j'avais fini par laisser là cette sensitive, couleur de souci, qui se rétractait si violemment au contact de la moindre caresse (…)
Barbey D'Aurevilly, les Diaboliques, Plus bel amour…, V.
2 Antoine avait saisi au vol la petite main brûlante qui s'agitait sur les couvertures et aussitôt le corps du bébé s'était rétracté, comme un vermisseau qui cherche à s'enfoncer dans le sable.
Martin du Gard, les Thibault, t. III, p. 205.
2 Fig. Se replier sur soi-même ( Se contracter).
2.1 Son œil avait gardé toute sa limpidité, il n'avait pas paru broncher, mais j'avais senti comme sous la bonne grosse tape amicale il s'était rétracté : un très léger recul, un mouvement à peine perceptible (…)
N. Sarraute, Martereau, p. 153.
———
II (1803). V. tr. Contracter, déformer en rétrécissant. || L'escargot rétracte ses cornes. || Muscle qui rétracte. Rétracteur.
Par ext. Rendre plus petit, réduire les dimensions de.
2.2 Verne ne cherchait nullement à élargir le monde selon des voies romantiques d'évasion ou des plans mystiques d'infini : il cherchait sans cesse à le rétracter, à le peupler, à le réduire à un espace connu et clos, que l'homme pourrait ensuite habiter confortablement.
R. Barthes, Mythologies, p. 80.
Faire se replier sur soi-même (→ ci-dessus I., 2.).
——————
rétracté, ée p. p. adj.
ÉTYM. (1817, en bot.).
Qui a été rétracté ou qui s'est rétracté. || Prolongements, pseudopodes rétractés.Figuré :
3 (Guillaume) se sentait une âme durement rétractée.
M. Barrès, Un jardin sur l'Oronte, X.
N. m. || Les rétractés : l'un des types fondamentaux, dans la classification caractérologique de L. Corman (opposé à dilaté, expansif).
DÉR. Rétracteur, rétractible.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rétracter — 1. (ré tra kté) v. a. 1°   Déclarer qu on n a plus l opinion qu on avait avancée ; désavouer, se dédire. •   Pour l obliger à rétracter ses doctrines, PASC. Prov. XIII. •   Je rétracte ce que j avais dit en courant et sans y penser, SÉV. 435.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • retracter — ce qu on a dit, Se retracter et desdire, Dicta retractare, Recantare, Palinodiam canere. B. Retracter un arrest, Decretum Curiae inducere, circumscribere, antiquare, delere. Bud …   Thresor de la langue françoyse

  • retracter — RETRACTER. v. a. Declarer qu on est d un sentiment contraire à celuy dont on estoit. Retracter son opinion. il avoit avancé telle proposition, il l a retractée. Il se joint quelquefois au pronom possessif; & alors il est neutre passif, & signifie …   Dictionnaire de l'Académie française

  • RÉTRACTER — v. tr. Déclarer qu’on n’a plus l’opinion que l’on avait avancée, se dédire d’une chose qu’on avait dite ou écrite, la désavouer. Il avait avancé telle proposition, il l’a rétractée. L’auteur d’une calomnie doit la rétracter formellement. SE… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • RÉTRACTER — v. a. Déclarer qu on n a plus l opinion que l on avait avancée, se dédire d une chose qu on avait dite ou écrite, la désavouer. Il avait avancé telle proposition, il l a rétractée. L auteur d une calomnie doit la rétracter formellement.   Il s… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • rétracter — vt. , tirer en arrière : (a)rtrî, C. => trî <tirer> (Albanais.001) ; rintrâ <rentrer (ses cornes ep. de l escargot, ses griffes ep. du chat...)> (001). A1) se rétracter, revenir sur ce qu on a dit : s dédire <se dédire> vp.… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • se rétracter — ● se rétracter verbe pronominal être rétracté verbe passif Subir un effet de raccourcissement, de tension : Son visage s est rétracté sous la douleur. ● se rétracter (expressions) verbe pronominal être rétracté verbe passif Voyelle rétractée,… …   Encyclopédie Universelle

  • rétractation — [ retraktasjɔ̃ ] n. f. • 1549; « remaniement, retouche » 1377; lat. retractatio ♦ Action de rétracter, de se rétracter. ⇒ désaveu, palinodie, reniement; 1. rétracter. Faire une rétractation publique, solennelle. Rétractation d une erreur, d une… …   Encyclopédie Universelle

  • dédire — [ dedir ] v. tr. <conjug. : 37 sauf dédisez> • fin XIIe desdire; de dé et 1. dire 1 ♦ V. tr. Vx Désavouer les paroles, la conduite de (qqn). ⇒ contredire, démentir. Dédire qqn de qqch. « je n ai pas osé l en dédire » (Marivaux). 2 ♦ SE… …   Encyclopédie Universelle

  • rétractable — [ retraktabl ] adj. • 1661; h. 1372; de rétracter I ♦ (de 1. rétracter) Qui peut être rétracté. Aveu rétractable. II ♦ (1961; de 2. rétracter) Stylo à pointe rétractable, dont la pointe se rétracte dans le corps du stylo. ● rétractable adjectif… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.